Vous êtes ici

Concurrence

Les questions de concurrence et d’accès au marché sont cruciales pour le développement économique des entreprises. C’est pourquoi, faire appliquer une saine concurrence entre les acteurs constitue un objectif important de la Fédération Nationale Entrepreneurs des Territoires.

Faire respecter les règles de  la concurrence, c’est assurer une expertise du fonctionnement des marchés, de même qu'identifier et alerter sur les éventuelles pratiques anticoncurrentielles. Ainsi, la Fédération entend défendre la notion de « tronc commun de compétitivité », à savoir le droit aux mêmes aides et mêmes conditions d’accès pour un même marché.

Enfin, dans un environnement de plus en plus intégré, en particulier avec l’aval, la Fédération traite les questions relatives aux relations donneurs d’ordre / sous- traitants afin de faire respecter l’équilibre des engagements contractuels et limiter les situations de dépendance économique. L’objectif affiché est d’améliorer et de moderniser les relations entre les acteurs de filière.

 

Agroéquipement

Etude sur la concurrence dans l’agroéquipement

Une étude sur la concurrence dans l’agroéquipement invite les autorités publiques françaises et européennes à s'intéresser sérieusement à ce marché.

David Martimort et Jérôme Pouyet de Paris School of Economics (Paris) ont examiné le marché de la machine agricole. Il ressort de leurs travaux l’analyse des pratiques d’exclusivité dans le secteur des machines agricoles avec « les effets des restrictions verticales et accès au réseau de distribution » sur les marchés et les prix.

Ils s’interrogent sur les effets négatifs possibles sur l’économie et les échanges intracommunautaires d’un marché concentré à l’amont, dominé à l’aval et que les acteurs tentent de contrôler par de stratégies d’achat, de partenariat et de concentration verticale. 

Les utilisateurs de machines agricoles apprécieront la lecture de l’article qui offre une grille de lecture « concurrence » des informations sur le machinisme agricole, un secteur qui ne passionne pas la presse économique.

Pourtant, comme le rappelle les auteurs « L’agriculture est (pourtant) plus révolutionnaire que l’industrie » remarquait Shimon Peres, Prix Nobel de la Paix parce qu’ »elle correspond à 95 % de sciences et 5 % de travail.

Quant à l’invitation adressée aux autorités publiques françaises et européennes à s'intéresser sérieusement à ce marché, l’avenir dira si elle est suivie d’effets. 

Publié en octobre 2014 dans la revue Concurrences N°4-2014, Art. N° 9483, www.concurrences.com, l’article est relancé à la faveur du Sima 2015 pour susciter un intérêt autour d’un travail qui étudie « pour la première fois l’organisation du secteur des machines agricoles en France et dans plusieurs pays de l’Union européenne ainsi que la stratégie de ses principaux acteurs, les tractoristes ».

 Les deux chercheurs ont eu recours à une revue de la littérature académique pour s’interroger sur les pratiques de restrictions verticales et les problématiques d’accès au réseau de distribution qu’elles engendrent.

Réservé aux adhérents :
Could not connect: